Le corps humain et l’eau

LE CORPS HUMAIN

Presque chaque partie du corps humain comporte un pourcentage non négligeable d’eau. S’il ne contient pas de calories et n’est pas une source d’énergie, ce liquide est néanmoins indispensable à notre survie : on peut vivre pendant un mois sans nourriture, mais sans eau, on ne tient qu’une semaine. De nombreuses fonctions vitales, comme le transport des nutriments dans le sang ou la digestion, seraient impossibles sans eau. Ce fluide préserve également par osmose l’équilibre entre les substances solubles à l’intérieur et à l’extérieur des cellules.

SI PRESQUE N’IMPORTE QUEL LIQUIDE CONTRIBUE A RÉAPPROVISIONNER LES BESOINS EN EAU DE NOTRE CORPS, CERTAINS BREVAGES, COMME L’ALCOOL OU LA CAFÉINE, POSSÈDENT AU CONTRAIRE UN EFFET DÉSHYDRATANT. AINSI, ALORS QUE LE CORPS S’EFFORCE D’ÉLIMINER LES TOXINES DE CES BOISSONS, IL REJETTE PLUS D’EAU QU’IL N’EN A INGÉRÉE.

TENEUR EN EAU DES DIFFERENTES PARTIES :

poumons : 90 %

sang : 82 %

cerveau : 75 %

graisse : 25 %

os : 22 %

L’élimination des déchets et toxines de l’organisme nécessite aussi de l’eau, qui aide également à réguler la température corporelle. Par l’élimination naturelle, la transpiration et la respiration, une personne perd en moyenne 2 litres d’eau par jour, mais certaines conditions inhabituelles (fièvre, vomissements, exercice intense) ou une température extérieure élevée peuvent augmenter ce chiffre de manière significative. L’eau perdue doit être récupérée en buvant et en mangeant. Certains aliments, comme les fruits et les légumes, contiennent jusqu’à 95 % d’eau. La présence de l’eau dans l’organise permet enfin de protéger les articulations, les organes et les tissus et de faciliter les mouvements.

Mais l’eau se révèle parfois un ennemi redoutable pour notre santé. Dans une grande partie du monde, l’eau potable, ce liquide si essentiel au bon fonctionnement de notre corps, reste un bien rare. Les maladies diarrhéiques et le paludisme, pathologies d’origine hydrique, représentent une menace permanente pour de nombreuses populations, sans parler des divers polluants, synthétiques ou naturels, qui peuvent transformer l’eau en poison mortel.

DIARRHÉES ET AUTRES MALADIES D’ORIGINE HYDRIQUE TUENT CHAQUE ANNÉE ENVIRON 2,2 MILLIONS D’ENFANTS, DONT 80 % AVANT L’AGE DE DEUX ANS. CE SONT AINSI 42000 ENFANTS QUI MEURENT CHAQUE SEMAINE, 6000 CHAQUE JOUR, QUATRE CHAQUE MINUTE, SOIT UN ENFANT TOUTES LES QUINZE SECONDES.

Produits